MYPOM : Le bracelet d’identification médicale

On poursuit notre quête d’entreprises pas comme les autres qui œuvrent pour une meilleure qualité de vie des personnes malades et ou handicapées (et pas que !).

 

Cette semaine la FMH a eu un coup de cœur pour le très beau concept de MYPOM, découvert grâce à MABOX diabète. Sa créatrice Virginie nous a gentiment accordé une interview et nous l’en remercions !

 

Le concept

Le bracelet d’identification MYPOM est un bijou tendance qui fait figurer vos informations médicales et le numéro à contacter en cas d’urgence. Il permet ainsi d’alerter et d’informer ceux qui vous entourent, ou les intervenants d’urgence, afin qu’ils puissent prévenir vos proches et intervenir rapidement en cas d’incident. Permettre un diagnostic rapide de votre état et un traitement efficace, éviter un passage à l’hôpital et l’aggravation d’urgences mineures, c’est donc l’objectif que s’est fixé  MYPOM.

 

IMG_1329

Informer pour aider

Lorsque sa fille de 3 ans et demi est diagnostiquée allergique aux noix, noisettes et noix de pécan, Virginie se met en tête de trouver un moyen de l’aider. Alors que l’allergologue explique à la petite fille qu’elle va devoir à l’avenir refuser les gâteaux qu’on lui proposera si ils ne viennent pas de ses parents et qu’elle devra aussi savoir énumérer ses allergies, Virginie réfléchit.

«Je réalise à quel point ça va être difficile pour elle : sur les trois allergènes, elle en oubliait toujours un. J’ai voulu lui faire porter quelque chose qui lui permette d’indiquer aux gens ce qu’elle ne pouvait pas manger. J’ai réalisé, avec les moyens du bord, un bracelet en perles comportant une médaille sur laquelle étaient gravés son prénom, ses allergies, les produits à éviter et mon numéro. »

Astucieux et efficace, le bracelet médaille est tout de suite bien accueilli par l’école mais aussi et surtout par sa porteuse, qui a désormais un objet spécial qui la protège à l’extérieur. La petite fille a rapidement développé le réflexe de montrer son bracelet et Virginie est rassurée : si il arrive quelque chose, on peut la joindre, identifier rapidement l’origine du trouble et procéder à une injection d’adrénaline*.

*Epipen ou Anapen

 

Le déclic

Une semaine plus tard, Virginie reçoit un appel de sa mère qui lui parle de la disparition d’une de ses voisines, atteinte d’Alzheimer : « Elle s’était perdue et on avait passé la nuit à la rechercher. On l’a finalement retrouvée le lendemain, toujours dehors, en nuisette. Elle n’avait rien pour l’identifier, il a été difficile pour les policiers de la ramener parmi les siens. »

Virginie réalise alors que le concept du bracelet médaille peut non seulement aider ceux qui ont des problèmes d’allergie comme sa fille, mais aussi ceux qui sont atteints d’Alzheimer… et la liste continue de s’allonger au fur et à mesure de la réflexion. Son concept peut en réalité aider beaucoup de monde et elle est prête à se lancer.

 

Un process de lancement long et réfléchi

Une envie d’entreprendre

Virginie avait déjà envie de développer son propre projet, son séjour aux USA a été décisif : « Là-bas, la culture de entrepreneuriat est prégnante. Cela m’a inspirée, j’avais donc déjà dans l’idée de réfléchir, à mon retour, à un projet personnel. J’ai une formation en marketing et j’ai travaillé en agence de pub, j’attendais d’avoir l’idée d’un projet qui me motive »

Des études de marché révélatrices

Le process de création de MYPOM a demandé un an de préparation, et surtout une étude de marché poussée. Le concept existait déjà, notamment en Europe et aux Etats-Unis où dans 90% des incidents, les urgentistes cherchent à trouver le symbole d’urgence médical sur la personne, en l’occurrence là-bas, le caducée. Or, en France ce symbole est réservé à certaines professions libérales. Virginie a donc dû faire un travail de réflexion sur le symbole à choisir pour ses produits, trouver un  symbole qui puisse devenir une référence de l’information médicale.

Il fallait aussi tenir compte du décalage qu’il y a, au niveau des mentalités, entre la France et les Etats-Unis. Là-bas on est fier de montrer que l’on se bat contre une maladie ou qu’on l’a vaincue, les personnes malades et handicapées sont bien mieux intégrées qu’ici.

« En France, j’ai l’impression que l’on a plus tendance à cacher ses maladies. C’était un décalage à prendre en compte : il fallait trouver un moyen de faire accepter le port du bracelet, le MYPOM ne devait pas être un objet pouvant être perçu stigmatisant. »

 

La gamme

« Je voulais qu’il y ait un MYPOM pour tous les budgets »

Virginie a ainsi réalisé une gamme classique abordable et une gamme « atelier privé » où tous les articles, réalisés à la commande, sont faits à la main en France avec des matériaux made in Europe.

La gamme « atelier privé » évolue constamment pour suivre les tendances. Toutes les plaques sont en acier inoxydable. Les médailles des bracelets sont durables et non allergènes. Les produits des gammes sports et enfants résistent à l’eau et à la transpiration.

Faire du bracelet médical un bijou, c’est le pari qu’a su brillamment relever MYPOM, et c’est surement ce qui est à l’origine de son succès.  L’esthétique et la qualité sont les critères de base de tous les produits MYPOM et on le voit bien sur le site : on est loin de faire son shopping sur une plateforme médicale, on est tout simplement sur un site tendance aussi agréable par son contenu que par son aspect.

Compositions_09

Mypom.fr

Lancé en octobre 2013, le site www.mypom.fr a été conçu avec soin, en prenant le temps qu’il faut, pour présenter le produit et retransmettre visuellement son éthique et la vision de sa créatrice. Si Virginie a choisi de présenter ses produits sur un site web et non pas en boutique, c’est pour mieux contrôler le coût de la personnalisation de ses produits et aussi pour mieux les faire connaître.

Les clients sélectionnent le bracelet (ou le collier) qui leur plaît et indiquent ce qu’ils veulent y faire graver. Virginie grave ses produits elle-même et assure une mise en page parfaitement lisible des textes des clients.

 

« Les clients peuvent envoyer leur texte par mail pour du sur-mesure. Je fais en sorte d’afficher toutes les informations qu’ils souhaitent en utilisant des abréviations reconnues pour que le bracelet remplisse parfaitement son office. »

Il n’y a aucune sous-traitance, Virginie a une machine à graver laser en atelier, ce qui lui permet une grande souplesse dans l’exécution des demandes des clients. Elle assure ainsi un envoi rapide des commandes qui partent sous 24 à 48h. Les frais de gravure sont quant à eux gratuits, quelque soit la quantité d’informations gravées. C’est la partie la plus importante du MYPOM, il était donc hors de question pour sa créatrice de facturer les clients à la ligne et de défavoriser ceux qui ont besoin de faire figurer plus d’informations médicales que les autres. Une liberté qui a déjà permis à certains de s’exprimer autrement et de faire graver des messages sur leurs bracelets.

 

Bilan : un succès plébiscité par les clients

Et cela se voit sur la page Facebook de la marque où les clients donnent leurs avis enthousiastes sur MYPOM et partagent des photos de leurs bijoux. On sent bien que Virginie a su toucher sa clientèle en proposant un produit qui apporte de la confiance et qui répond à un besoin réel. Les retours sont unanimement positifs. Les gens trouvent le concept intéressant, appréciable et rassurant.

Le bouche à oreille commence à très bien marcher, les clients recommandent les bracelets et certains sont même arrivés chez MYPOM sur recommandation de leurs médecins, notamment des personnes souffrant d’épilepsie.

Le succès mérité est au rendez-vous, il ne reste plus à MYPOM qu’à se faire mieux connaître.

Virginie travaille encore sur la phase de développement de la communication autour de son projet. « Il y a un réel travail d’explication de concept et de sensibilisation à faire». MYPOM travaille par ailleurs en étroite collaboration avec les intervenants d’urgence.

bracelet_identification_mypom_adelea

Un public très vaste

Jusqu’à présent, les clients de MYPOM sont en majorité des personnes :

–      diabétiques

–      souffrant d’allergie

–      atteintes d’Alzheimer

–      sous anticoagulants

–      ayant des problèmes de cœur

–      épileptiques

–      atteintes de maladies rares / orphelines

 

Mais en réalité, tout le monde peut porter un bracelet d’identification médicale. Virginie en porte d’ailleurs un :

 « Je porte moi-même un bracelet qui indique le numéro de mon conjoint, mon groupe sanguin et mon accord pour le don d’organes. En cas d’incident que se passe-til? Comment peut-on contacter vos proches? Les portables sont souvent verrouillés et quand ce n’est pas le cas, il faut tenter de trouver parmi plusieurs centaines de contacts la personne à contacter d’urgence. J’ai enregistré mon conjoint en contact ICE* mais tout le monde ne connaît pas cette pratique.»

*In case of emergency ou ECU, en cas d’urgence en français) c’est un acronyme officiel qui permet d’aider les premiers intervenants à contacter vos proches.

 

Avec le bracelet, les informations vitales sont là, claires et toujours disponibles sans risque de problème technique. C’est rassurant de savoir que l’on peut aisément trouver ces informations vitales, pas seulement dans le cas d’une personne souffrant d’une pathologie, mais aussi en cas de problème.

 

« Beaucoup de clients m’ont conseillée, que ce soit pour mon site ou pour mes gammes. Cela me permet de me remettre en question régulièrement et de faire évoluer mon travail. C’est humainement très enrichissant. J’apprends beaucoup sur leurs pathologies et j’en découvre de nouvelles tous les jours. Je m’investis pour un objet humain et utile, je n’aurais pas pu rêver mieux que de trouver un concept qui aide les gens et qui facilite leur quotidien. C’est vraiment gratifiant. »

 

Allez vite découvrir MYPOM : http://www.mypom.fr/fr/

 

Soutenez-nous

Événement

FMH 44 Nantes : Marché de Noël

Retrouvez l’équipe FMH de Nantes au Marché…
  • 16 - 12 - 2017 10:00am - 06:00pm

©2013 FMH - Fédération des Malades Handicapés

User Login