Bio impression : une révolution dans le domaine de l’impression 3D

La bio impression, l’impression du vivant a réalisé d’impressionnantes avancées dernièrement.

L’impression tridimensionnelle, ou impression 3D, a depuis sa création dans les années 80, démultiplié le champs des possibles. L’impression 3D permet de réaliser un objet réel : un opérateur conçoit sur ordinateur l’objet qu’il enregistre en fichier 3D avant de l’envoyer vers une imprimante spécifique qui le reconstitue couche par couche.

L’impression a permis de réaliser de grandes prouesses médicales : conception de prothèses pour remplacer un membre manquant, réalisation d’une trachée artificielle pour un nouveau-né ou encore dernièrement ou encore la conception d’une boîte crânienne en plastique pour enrailler l’épaississement graduel du crâne d’une patiente, devenu dangereux pour son cerveau.

Des chercheurs de l’Université d’Édimbourg sont parvenus à réaliser  une imprimante 3D capable de fabriquer de fines couches de cellules souches embryonnaires d’origine humaine.

Les cellules souches embryonnaires proviennent de l’embryon humain, aux tout premiers stades de son développement. Ce sont des cellules pluripotentes, c’est à dire qu’elles sont capables de générer plusieurs type de tissus cellulaires (plus de 200) et de former, au cours de leur développement, tous les tissus de l’organisme. Elles constituent donc potentiellement un réservoir permanent de cellules pour réparer les tissus et organes malades ou endommagés. Elles seraient même susceptibles de remplacer un jour la greffe d’organe, nous permettant d’éliminer les risques de rejet par l’organisme des greffons.

L’imprimante en question fonctionne avec deux “bio-encres”, une contenant des cellules souches immergées dans un liquide riche en nutriments et l’autre constituée du milieu cellulaire. Les cellules ainsi imprimées sont vivantes et préservent leurs capacités d’évolution.

Une équipe de chercheurs de l’université de Bordeaux-Ségalen, seule à travailler sur cette technologie en France, ont déjà réussis à imprimer sur une souris, des cellules osseuses afin de réparer le tissus endommagé de son crâne. Plus de 80 équipes de recherche à travers le monde tentent de relever ce défi qui pourrait révolutionner à jamais le monde de la médecine, permettre de soigner de nombreuses maladies et d’améliorer le confort et la qualité de vie face au vieillissement. Les critiques commencent déjà à s’élever au vu des perspectives d’amélioration de l’humain qui se profilent avec les progrès de cette technologie.

L’objectif est clair, pouvoir imprimer des tissus cellulaires que l’on puisse greffer au corps humain et enfin, trouver le moyen de réaliser des organes entiers. On estime aujourd’hui qu’il faudra attendre plus de 30 ans afin de pouvoir effectuer une telle greffe.

 

Blog le monde : http://mondeacsci.blog.lemonde.fr/2014/05/27/imprime-moi-un-organe/

Le Figaro : http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/04/08/20198-tissus-biologiques-imprimes-3d

Le journal de la science : http://www.journaldelascience.fr/biologie/articles/bio-impression-chercheurs-impriment-cellules-souches-origine-humaine-2929

Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cellules_souches_embryonnaires

     http://fr.wikipedia.org/wiki/Impression_tridimensionnelle

 

 

Soutenez-nous

Événement

FMH 44 Nantes : Marché de Noël

Retrouvez l’équipe FMH de Nantes au Marché…
  • 16 - 12 - 2017 10:00am - 06:00pm

©2013 FMH - Fédération des Malades Handicapés

User Login